AAF-4666-2

ET SI ON POUVAIT S'ECHAPPER...
Elles sont prises au piège, coincées. L'angle droit d'un côté, la pente de l'autre. La course est terminée. Elle ne peuvent que regarder impuissantes, le traqueur. Et attendre le moment du sursaut, la possibilité de l'échappée. En attendant, elles savent à qui elles ont affaire et patientent, l'énergie des corps à l'affut de la moindre occasion de fuite. La femme est protégée par le cuir, la petite fille est plus fragile...

Arrêter le diaporamaDémarrer le diaporamaActualiser