AAF-1b-2

ET SI ON OTAIT LE MASQUE...
Tu as osé LÂCHER l'album. Tu as osé OUVRIR l'album. Les photos RESISTENT, à contre vent. Les clichés dont tu ne veux plus S'ACCROCHENT au bois du ponton, ne renoncent pas à faire partie de toi ni des lieux où tu vis. Tu t'es postée en équilibre précaire sur un morceau de bois mort. Ton socle de bois est érigé comme une menace d'empalement. Tu te JETTES à l'eau. Il y a du monde autour de toi : des enfants qui sourient pour construire le masque bienséant ; des enfants qui grimacent (le soleil ou le poids du bébé qui bouge, trop serré et qui ne donne pas le change, pas encore). C'est la fille qui porte le bébé qui bouge. Et c'est toi qui RESTE, en suspens au bord de l'eau.

Arrêter le diaporamaDémarrer le diaporamaActualiser