AAF-0-2

ET SI ON NE FUYAIT PAS...
Elle s'ouvre en premier dans le dossier informatique où j'ai rangé ton travail.
Je n'avais pas compris que c'était la dernière.
Je n'avais pas compris. C'est pourtant évident. Tellement que c'est celle qui a tout de suite attirée mon attention.
Je l'appelle « la fuite ».
La course de la femme est un peu ridicule sous le regard profond de celle de gauche ; on devine que l'enfance est passée et que la désillusion s'est déjà immiscée en elle. Il y a quelque chose de moqueur dans cette Joconde.... Elle sait que la fuite est vaine. Elle a de bonnes raisons de se moquer : la femme qui fuit ne porte plus l'album. Elle l'abandonne au cœur de la dangereuse forêt des contes de son enfance. Mais a t-elle vraiment conscience qu'elle vient de le déposer sur une souche d'arbre et qu'elle lui donne alors de nouvelles racines ?

Image précédenteArrêter le diaporamaDémarrer le diaporamaActualiser